15.9 de tension : analyse des risques pour le cœur et les artères

402

Une tension artérielle élevée est souvent surnommée le « tueur silencieux », car elle peut endommager le cœur et les vaisseaux sanguins sans symptômes évidents jusqu’à ce que des dommages importants surviennent. Une mesure de mmHg en tension systolique dépasse largement les valeurs normales et place les personnes dans une catégorie à haut risque de complications cardiovasculaires. Cette condition médicale, connue sous le nom d’hypertension, nécessite une attention particulière car elle augmente le risque de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, d’insuffisance cardiaque et d’autres problèmes graves de santé. Comprendre les implications d’une tension aussi élevée et les stratégies pour la gérer est essentiel pour prévenir les dommages à long terme.

Comprendre la tension artérielle et ses valeurs de référence

La tension artérielle, indicateur-clé de la santé cardiovasculaire, se compose de deux mesures : la tension systolique et la tension diastolique. La tension systolique indique la pression exercée sur les parois artérielles au moment où le cœur se contracte, tandis que la tension diastolique reflète cette pression lors du relâchement cardiaque entre deux battements. Des valeurs de référence ont été établies pour catégoriser les niveaux de tension : une tension systolique inférieure à 120 mmHg et une tension diastolique inférieure à 80 mmHg sont considérées comme normales.

A découvrir également : À la découverte des meilleurs sites de vente : un guide complet pour trouver des produits de qualité en ligne

Lorsque la mesure de la tension systolique s’élève au-delà de 140 mmHg ou celle de la tension diastolique dépasse 90 mmHg, le diagnostic d’hypertension est posé. Cette augmentation de la pression artérielle peut être influencée par une multitude de facteurs, parmi lesquels l’âge, le poids, l’alimentation, la consommation d’alcool, le tabagisme et le stress chronique jouent un rôle prépondérant. La pression artérielle normale est donc un équilibre fragile, pouvant être altéré par ces différents éléments.

Une tension en systolique s’inscrit dans le cadre de l’hypertension sévère, ou grade 3, et exige une évaluation médicale détaillée. À ce stade, la pression exercée sur les artères peut entraîner des lésions et favoriser l’apparition de pathologies telles que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, la rétinopathie hypertensive et les maladies rénales. La gestion de l’hypertension devient alors une priorité absolue pour préserver la santé des artères et du cœur.

A lire également : Comment Appelle-t-on le massage des pieds ?

La mesure de la tension artérielle est un acte médical courant mais crucial, permettant d’identifier précocement les personnes à risque. Elle doit être effectuée régulièrement, particulièrement chez les sujets présentant des facteurs de risque. En cas de valeurs élevées, des interventions telles que l’exercice, une alimentation saine, le maintien d’un poids santé, l’évitement du tabac et de l’alcool ainsi que la gestion du stress sont recommandées. Ces mesures peuvent être complétées par des traitements médicamenteux spécifiques, tels que les diurétiques, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine (ARA) et les bêta-bloquants, prescrits en fonction de la situation clinique individuelle.

pression artérielle

Les dangers d’une tension à pour le cœur et les artères

Une tension systolique de mmHg s’inscrit dans le contexte d’une hypertension sévère, ou grade 3, qui représente un signal d’alarme pour la santé cardiovasculaire. La surcharge de travail imposée au cœur pour propulser le sang à travers les artères augmente considérablement le risque de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). La perpétuelle contrainte sur les parois des vaisseaux sanguins peut conduire à une athérosclérose accélérée, caractérisée par l’épaississement et la perte d’élasticité des artères, restreignant le flux sanguin vers les organes vitaux.

La dégradation des artères n’est pas le seul danger; les organes cibles souffrent aussi. Les reins, filtres du sang, peuvent progressivement perdre leur fonctionnalité, conduisant à des maladies rénales chroniques. De même, la rétinopathie hypertensive menace la vue en endommageant les vaisseaux délicats de la rétine. Ces complications potentielles illustrent la gravité d’une hypertension non maîtrisée et justifient une surveillance médicale renforcée.

Face à ces risques, la gestion de l’hypertension devient impérative. Elle comprend une série d’actions non pharmacologiques : la pratique régulière d’exercice, le maintien d’une alimentation saine et d’un poids santé, ainsi que l’évitement du tabac et de l’alcool. Ces interventions, associées à une bonne gestion du stress, peuvent contribuer à réduire significativement la pression artérielle. Lorsque ces mesures ne suffisent pas, le recours à un traitement médical spécifique, à base de diurétiques, d’IEC, d’ARA ou de bêta-bloquants, est nécessaire pour contrôler l’hypertension et prévenir ses conséquences délétères.